Comprendre les cotes

Thibaut
2 janvier 2022
336 Vues
Comprendre les cotes dans les paris sportifs

Tutoriel : comprendre les cotes

La cote est la base même des paris sportifs. Il est donc indispensable d’être capable de comprendre les cotes pour pouvoir parier en ligne. Nous allons voir dans cette partie comment comprendre les cotes, comment calculer le pourcentage de réussite qu’un évènement se réalise à partir des cotes proposées, comment calculer vos gains potentiels et comment calculer la marge que le bookmaker prends. Et comme souvent, il existe des situations spéciales, comme le Pari Mutuel ou encore la règle du Dead Heat. Décryptage! 

Définition d’une cote dans les paris sportifs:

Les cotes sont le cœur des paris sportifs!

Une cote est un indice numérique qui représente le pourcentage de chance qu’un évènement se réalise.

Par exemple, si les bookmakers cotent la victoire d’une équipe à 2, cela signifie qu’ils estiment ses chances de gagner à 50%. En effet la probabilité se calcule en divisant 1 par la cote. Donc ici: 1 ÷ 2 = 50%

Ainsi, plus la cote est faible, plus la probabilité que l’événement se réalise est forte !

Exemple : Lyon vs Metz :

  1. La victoire de Lyon est proposée à une cote de 1.32
  2. Le match nul est proposé à un cote de 5.80
  3. La victoire de Metz est proposée à une cote de 11
Cote Betclic
Exemple tiré du site de paris sportifs en ligne Betlic.fr

Calculer ses gains potentiels:

Lorsque vous placez un pari, vous pouvez immédiatement connaître vos gains potentiels. Pour cela, il suffi de faire le calcul suivant:

Votre MISE x la COTE de votre sélection = votre GAIN potentiel
En d’autres termes et pour faire simple, il vous suffit simplement de multiplier votre mise par la cote choisie.

Vous pensez que Lyon va gagner le match et vous pariez 10€ sur la cote à 1.32.

  1. Lyon gagne : si Lyon gagne, votre pari est donc gagnant ! Vous allez donc recevoir 13.2€ sur votre compte. En déduisant votre mise de départ de 10€, votre bénéfice net est de 3.20€ !
  2. Le match finit par un match nul : dans ce cas, votre pari est perdant, et vous perdez donc les 10€ misés.
  3. Metz gagne le match : dans ce cas également votre pari est perdant et vos 10€ sont perdus !

De la même façon, si vous avez placé votre pari de 10€ sur la victoire de Metz et que Metz gagne le match, vous recevrez:
10€(votre mise) x 11 (la cote)= 110€ sur votre compte.
En déduisant votre mise de 10€, vous avez donc un bénéfice net de 100€.

Ainsi, plus la cote est élevé, plus les gains sont importants! On parle dans ce cas précis de cotes fixes.

Calculer le pourcentage de chance de réussite à partir d’une cote

Pour calculer le pourcentage de chance que l’évènement se réalise à partir de la cote, vous devez effectuer le calcul suivant : 1 ÷ la cote (soit 1 divisé par la valeur de la cote)

La victoire de Lyon est cotée à 1.32 ce qui signifie que selon Betclic.fr, Lyon a 1÷1.32 = 75.76% de chance  gagner le match !
Pour le match nul, 1÷5.80 = 17.24% de chance que l’événement se réalise.
Pour la victoire de Metz : 1÷11 = 9.09% que Metz gagne le match

Calculer la marge du bookmaker:

Pour calculer le taux exact de reversement du bookmaker, il vous suffit d’additionner les pourcentages de réalisation que l’évènement se passe.

Ainsi, comme vu auparavant, si nous additionnons :

75.76% + 17.24% + 9.09% = 102.09%

Sur ce marché-là, Betclic prends donc une marge de 2.09%

Vous pouvez également tout simplement utiliser un calculateur de marge gratuit !

Les cotes fixes vs les cotes en Pari Mutuel:

Nous venons donc de voir comment fonctionne une cote fixe. Il existe cependant un autre style de cote, essentiellement utilisé en France pour les courses hippiques, les cotes à pari mutuel.

En effet, lorsque vous placez un pari sur les courses hippiques, on parle alors de pari mutuel. A première vue, les cotes semblent fonctionner de la même manière que pour notre exemple sur le match Lyon vs Metz, le bookmaker offrant une cote pour le gain d’un cheval.

Mais voilà, les paris mutuels ont un fonctionnement totalement différent des cotes fixes!

En effet, si les cotes donnent toujours une indication sur la possibilité que l’évènement se réalise (et donc ici la possibilité que le cheval gagne la course), les gains ne peuvent pas être connus à l’avance. Dans le cas précédent, vous placiez un pari contre le bookmaker, qui vous propose une cote.

Dans le pari mutuel, le bookmaker propose également une cote, mais ce n’est pas lui directement qui paiera vos gains, si vous gagnez. Les rapports (terme hippique pour parler des gains) des paris hippiques sont calculés sur la base du pari mutuel : les perdants paient les gagnants. Le rapport définitif fait suite au calcul suivant:
Le montant total des enjeux  du pari / le nombre de gagnants.

Si le rapport que vous avez touché est faible, c’est donc que beaucoup d’autres parieurs ont joué la même chose que vous. Pour bénéficier de gros rapports en pari mutuel, il faut trouver les chevaux qui seront à l’arrivée et que peu de parieurs ont inclus dans leur jeu (les outsiders).

Ainsi, si vous placez un pari sur un cheval à une cote de 2 et que votre mise est de 10€, vous ne gagnerez pas 20€ en retour. La cote finale va dépendre du nombre de parieurs qui ont engagé un pari sur ce cheval là. Donc plus le nombre de parieurs qui ont placé un pari sur ce cheval est important, plus la cote finale baissera, et de ce fait, vos gains aussi! 

Prenons un exemple concret

Pour une course dont le montant total des enjeux (moins les prélèvements) est de 500€.  S’il y a 2 gagnants, le rapport définitif sera de 250€. Par contre,  s’il y a 250 gagnants, le rapport définitif sera de 2€!

De ce fait, il est souvent possible qu’un écart important existe entre les rapports probables au moment où vous placez votre pari, et le rapport final.

La règle du Dead Heat:

Selon le sport sur lequel vous pariez, et selon le marché, il se peut que vous soyez confronté à la règle du Dead Heat.

Cette règle s’applique notamment au cyclisme, au golf, mais également aux marchés qui concerne le classement final d’une épreuve sportive, où plusieurs joueurs sont proposés. En d’autres termes, les paris du style « Quel joueur finira dans le top 3 au classement général« , « Quel joueur sera dans le top 5 du tournoi« , etc …

Comme d’habitude, lorsque vous placez ce genre de paris, le bookmaker vous propose des cotes fixes. Mais les gains peuvent être différents de ceux annoncés au départ, notamment dans le cas plusieurs joueurs se partagent une place car ils ont le même nombre de points final.

Ainsi, un scénario classique pour ce genre de paris apparaît souvent au golf, comme nous allons le constater ci-dessous. A noter que la règle du Dead Heat peut également être appliquée aux courses hippiques, lorsqu’il est impossible de déterminer le cheval vainqueur, et que 2 ou plusieurs chevaux sont déclarés gagnants.

 Exemple concret de Dead Heat:

Imaginons que vous placiez un pari sur « le joueur Oosthuizen , proposé à une cote de 15, finira dans le top 3 du tournoi« . Vous placez une mise de 10€ et donc logiquement, si le joueur est dans les 3 premiers du tournoi, vous devriez gagner 10€ x 15 = 150€.

Et c’est ce que vous gagnerez si seulement 3 joueurs sont dans ce top 3. Mais il arrive très souvent que des joueurs finissent ex aequo, surtout au Golf!

Prenons pour exemple le tournoi de Golf PGA Tour, British Open, qui s’est déroulé durant l’été 2021. L’image ci-dessous vous montre le classement final du tournoi.

Dead Heat

Comme vous pouvez le constater, les joueurs Oosthuizen et Rahm finissent tous les 2 avec le même nombre de points, et de ce fait, ils se partagent la 3ème place. Il n’y a donc pas 3 joueurs dans le TOP 3, mais bien 4 joueurs! Et le bookmaker ne va pas vous payer la cote initialement prévue à 15, et payer également la cote totale pour le joueur Rahm, sans quoi ce serait une très mauvaise opération pour le site de paris sportifs!

4 joueurs font partie du TOP 3 et de ce fait, le bookmaker applique une déduction, connue dans le milieu des paris sportifs sous le terme de Dead Heat.

Dans ce cas-là, le bookmaker va prendre en compte la moitié de votre mise, à savoir 5€. Dans notre exemple, nous avions placé un pari de 10€ à une cote de 15. Mais 2 joueurs étant ex aequo, votre mise est divisée par 2.
Ainsi, dans ce cas précis, votre gain sera donc de 5€ x 15 = 75€. Et non plus 150€!

Si 3 joueurs sont à la première place, votre mise sera divisée par 3, et multipliée par la cote de départ.

Ce scénario est très fréquent dans le Golf, et comme vous pouvez le constater sur l’image, la même situation se passe pour un pari sur « Quel joueur arrivera dans le top 10 du tournoi« . En effet, vous pouvez constater que 11 joueurs font partie du top 10, ce qui arrive régulièrement …

Le calcul peut être plus difficile dans certains cas où de nombreux joueurs se partagent une place.

N’hésitez pas à contacter le site de paris sportifs sur lequel vous avez placé votre pari pour connaître le calcul de la déduction appliquée au Dead Heat.

Conclusion:

Les cotes correspondent donc à une probabilité que l’événement se réalise. Plus la cote est basse, plus le bookmaker pense que cet événement va se réaliser. D’un autre côté, plus la cote est haute, plus les gains seront importants an cas de victoire, mais la probabilité que l’évènement se réalise est basse. Les cotes fixes, qui sont utilisées la plupart du temps, permettent de connaître ses gains potentiels immédiatement. 
Les courses hippiques, quant à elles, sont basées sur un système de Pari Mutuel. Vos gains dépendront donc du montant total parié ET du nombre de parieurs qui ont choisi le cheval gagnant. 
Pour certains sports et certains marchés, la règle du Dead Heat peut être appliquée, en cas d’égalité entre les joueurs dans le résultat final.

Auteur Thibaut